La Commission fédérale de l’alimentation est une commission extra-parlementaire consultative. Elle élabore à l’intention du Conseil fédéral et de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires des prises de position et des rapports d’experts dans le domaine de l’alimentation et de son impact sur la santé. Des recommandations de la COFA et de l’OSAV sont disponibles pour les nutriments suivants:

GraisseAcide foliqueIode
GlucidesProtéinesVitamine D

 

Graisses1

 Pour cent des besoins énergétiques journaliers2Quantités pour un apport énergétique quotidien de 2000 kcal
Quantité totale de graisse20-35% (max. 40%)45-80 g (max. 90g)
Acides gras saturés<10%<20g
Acides gras monoinsaturés10-15% (max.20%)20-35g (max. 45g)
Acides gras polyinsaturés
Acides gras n-6 (acide linoléique)2.5-9%5.5-20g
Acides gras n-3 (acide α-linolénique)0.5-2% (ca. 0.7%)1-4.4g
Acides gras n-3 à longue chaîne (total en acide eicosapentaénoique (EPA) et docosahexaénoique (DHA))500 mg
DHA durant la grossesse et la période d‘allaitement3min. 200 mg
Acides gras transen petites quantités que possible
Cholestérol4
1Source: OSAV (2013) : Les graisses dans notre nutrition: recommandations de l’OSAV. www.blv.admin.ch; COFA (2013). Les graisses dans la nutrition – Mise à jour des recommandations de la Commission fédérale de l’alimentation. www.cofa.admin.ch
2Recommandations basées sur les nutriments en pour cents des besoins énergétiques journaliers et en quantité sur la base d’un apport énergétique quotidien de 2000 kcal.
3Au cours de la grossesse et de l’allaitement, il convient de veiller particulièrement à ce que 200 mg de DHA au minimum soient absorbés quotidiennement par les biais de la consommation de poissons de mer ou de compléments.
4Concernant l’apport maximal en cholestérol, aucune recommandation ne peut être formulée sur une base scientifique.

Acide folique1

AgeApport journalier recommandé
Aux femmes en âge de procréer qui souhaitent ou peuvent tomber enceintes durant les douze premières semaines de la grossesse+ 400 µg/jour acide folique synthétique2
1Source: OSAV (2000). L'acide folique est indispensable au développement normal de l'embryon. www.blv.admin.ch
2Il est recommandé aux femmes en âge de procréer qui souhaitent ou peuvent tomber enceintes de manger des aliments riches en folates (légumes et fruits frais, produits complets) et de prendre chaque jour, en complément 400 µg d’acide folique synthétique sous forme de comprimés ou de gélules, de préférence une préparation multivitaminée, et ce, durant les douze premières semaines de la grossesse.

Iode1

AgeApport journalier recommandé 2
Nourrissons et enfants jusqu’à 5 ans90 µg/jour3
Enfants âgés de 5 à 12 ans120 µg/jour
Enfants à partir de 12 ans150 µg/jour3
Adultes150 µg/jour
Femmes enceintes ou allaitantes250 µg/jour4
1Source: OSAV (2013). Iode: Recommandations. www.blv.admin.ch
2sur la base des recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé
3Pour les nourrissons qui ne sont pas allaités, leur apport en iode se fait par les préparations qui leur sont destinées. D’après l’ordonnance sur les aliments spéciaux, ces préparations sont enrichies en iode.
4Afin de couvrir leur besoin élevé en iode, les femmes enceintes ou allaitantes doivent privilégier une alimentation riche en iode. En accord avec le médecin, la prise de complément d’iode peut être indiquée selon les cas.

Glucides1

 Pour cent des besoins énergétiques journaliersQuantités pour un apport énergétique quotidien de 2000 kcal
Hydrates de carbone245–55 %225–275 g
Sucre ajouté3max. 10 %max.50 g
Fibres alimentaires430 g
1Source: OSAV (2009). Les hydrates de carbone dans l’alimentation – recommandations de l’OSAV. www.blv.admin.ch
2Pour les sportifs, des quantités plus importantes (5-12 g d’hydrates de carbone par kg de poids corporel par jour) sont recommandées, suivant l’intensité de l’entraînement (Recommandations de la Commission fédérale de l’alimentation concernant l’apport en hydrates de carbone : en bref, 2009)
3Le saccharose (sucre de ménage), glucose, fructose et sucre présent dans le miel et le jus de fruits
4par exemple produits à base de céréales complètes, légumineuses, pommes de terre, fruits et légumes

Protéines1

AgeApports recommandés
(g/kg poids corporel par jour)
2
Nourrissons1.77 (1er mois) – 1.14 (12ème mois)
1 - 4 ans0.86
4 - 11 ans0.91 - 0.92
11 - 18 ans0.85 - 0.91 (homme) und 0.82 - 0.90 (femme)
19 - 50 ans0.8
50 - 70 ans0.8
Femmes enceintes1.1 ou supplément de 25 g/j
Femmes allaitantes1.3 ou supplément de 25 g/j
1 Source: Federal Commission for Nutrition. Proteins in Human Nutrition. Expert report of the FCN. Zurich: Federal Office for Public Health, 2011.
2 Sauf indication contraire, ces chiffres correspondent aux grammes par kg de poids corporel et par jour.

Vitamine D1

Groupe de populationApport journalier recommandé2
Nourrissons durant la première année de vie400 UI/jour (10 µg/jour)3
Enfants durant la 2èmee et 3èmee année de vie600 UI/jour (15 µg/jour)3
Personnes âgées de 3 à 60 ans600 UI/jour (15 µg/jour)4
Femmes enceintes et allaintant600 UI/jour (15 µg/jour)5
Personnes âgées de 60 ans et plus800 UI/jour (20 µg/jour)6
UI= Unités internationales. 1 µg = 1 microgramme = 1/1000 milligramme

1Sources: OSAV (20162). Recommandations de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires concernant l’apport en vitamine D. www.blv.admin.ch; OSAV (2015) : Alimentation pendant la grossesse et la période d’allaitement. www.blv.admin.ch
2Les recommandations ci-après sur l’apport en vitamine D ont pour objectif que la majorité de la population (97 %) présente une concentration de 25(OH)D dans le sang d’au moins 50nmol/l. Cette valeur seuil doit être atteinte pour garantir un effet bénéfique sur les os.
3Un supplément en vitamine D est recommandé sous la forme de gouttes. La posologie et l’utilisation correctes des suppléments en vitamine D devraient faire l’objet d’une discussion avec le médecin (pédiatre, médecin de famille), la sage-femme ou le conseiller d’un centre de consultation parents-enfants.
4L’été (juin à septembre), les personnes âgées de 3 à 60 ans, qui se trouvent régulièrement en plein air, n’ont besoin d’aucune supplémentation en vitamine D. À cette époque de l’année, le rayonnement solaire suffit en effet à fabriquer assez de vitamine D dans la peau. En hiver, la quantité de vitamine D synthétisée par la peau ne suffit pas à couvrir les besoins du corps humain. Il faudrait donc assurer un apport supplémentaire via la nourriture. Les solutions suivantes permettent d’y remédier : veiller à une nourriture riche en vitamine D, consommer des aliments enrichis en vitamine D, prendre des compléments alimentaires avec de la vitamine D, prendre des suppléments de vitamine D (p. ex. gouttes). Afin d’éviter une prise trop élevée de vitamine D, il ne faut pas multiplier simultanément les sources de vitamine D (aliments enrichis, compléments alimentaires, médicaments).
5Il est recommandé aux femmes enceintes ou qui allaitent de prendre chaque jour une dose de vitamine D de 600 UI sous la forme de suppléments. En outre, les femmes enceintes ou qui allaitent devraient séjourner régulièrement au grand air – en observant le recommandation de l’OSAV en matière d’exposition solaire – et veiller à adopter une alimentation saine, équilibrée et variée selon la pyramide alimentaire suisse.
6Selon les recommandations de la COFA, il est conseillé aux hommes et aux femmes âgés de 60 ans et plus de prendre des suppléments en vitamine D à raison de 800 UI/jour.